Fabriquer ses pastels secs

Fabriquer ses pastels secs peut être une activité ludique et amusante. D’après les recettes que l’on trouve ici et là, cela semble simple….des pigments, de la gomme adragante, un peu de glycérine et hop !

Et bien non ! ce n’est pas simple du tout.! Si vous avez déjà essayé, vous avez peut être réussi à en faire un correct par hasard, mais le plus souvent vous aurez obtenu un pastel trop friable ou bien dur comme de la pierre…..Perte de temps, de matériel…

La raison de cela est que la capacité d’absorption des pigments est très variable selon leur type, leur origine, leur qualité..

Ainsi, avec une solution de gomme adragante de concentration donnée, un pigment terre d’ombre naturelle absorbera beaucoup de liquide donc de liant, et sera après séchage dur comme de la pierre, alors que un pigment ocre jaune, qui absorbe peu d’eau sera au final trop friable.

Il faut donc ajuster la concentration de gomme adragante au pigment que l’on utilise.

Voici comment je procède:

Je prépare 1,5 litre de solution de base à raison de 25gr de gomme par litre, ce qui, pour faire 1,5 litre donne 37,5gr de gomme.

Une fois la gomme bien dissoute et la solution de base prête,  je prends une bouteille vide de 0,5 litre, je la remplis à 75% avec la solution de base puis je compète avec de l’eau pure. Je prends une autre bouteille vide que je remplis à 50% avec la solution de base et je complète avec de l’eau…puis à 25%,  12,5%,  6,3%.

Cela me fait donc 5 bouteilles de concentrations différentes que j’étiquette soigneusement.

Dans chaque bouteille j’ajoute quelques goutes de conservateur.

Comment savoir quelle bouteille utiliser avec tel ou tel pigment ?… : par tâtonnement et essais successifs.

Mais voici un extrait que j’ai trouvé dans un livre de A.Pincas « Le lustre de la main  » ou il nous donne de précieuses indications,

Extrait :____________________________________________________________________________________________________________

• LE PASTEL SEC
La préparation du pastel sec :
1 vol. de gomme adragante,
50 vol. d’eau,
quelques gouttes de glycérine,
1 % du poids sec de fluorure de sodium.

Le broyage des pigments
Pour exemple, nous choisirons le blanc de titane, proportion 1 : 100. Mettre dans un verre doseur : 50 ml de solution de base de gomme adragante, ajouter de l’eau jusqu’à 100 ml, pour obtenir la nouvelle solution 1 : 100. Broyer le pigment avec cette solution. Former avec la pâte une boule bien compacte que l’on va laisser reposer, afin que l’excès d’humidité s’évapore. Pour obtenir des bâtonnets de longueur et de largeur voulues, rouler la pâte dans un mouvement de va et vient entre deux plaques de carton dur, de bois, de verre ou de plastique, huilées et essuyées afin que la pâte n’accroche pas. Laisser sécher les bâtonnets sur du papier absorbant, puis les envelopper dans du papier sulfurisé.
Pour fabriquer des dégradés de tons purs, on partage la boule de pâte en deux. Une moitié servira pour les tons purs, l’autre moitié pour les tons dégradés. Ajouter à cette moitié le même volume de blanc, former une nouvelle boule qui sera de nouveau partagée et ainsi de suite. L’important est que le bâtonnet ne s’effrite pas, et qu’il ne soit pas trop dur, afin qu’il adhère facilement au papier et qu’il ne le griffe pas.

 

Tableau des concentrations

— Terre d’Ombre brûlée Italie 1:200
— Terre d’Ombre brûlée Chypre 1:200
— Terre de Sienne calcinée 1:200
— Terre de Sienne naturelle 1:800
— Terre d’Ombre naturelle 1:500
— Ocre rouge 1:200 + glycérine
— Ocre jaune 1:50
— Jaune 8G Bayer 1:60
— Jaune Cadmopur GGN Bayer 1:60
— Vert Lumière Bayer 1:60 – 1:70 + glycérine
— Vert émeraude 1:60
— Vert de chrome foncé 1:120
— Vert anglais 1:70 + glycérine
 — Rouge molybdène  1:65
— Bleu cobalt 1:60 + glycérine
Bleu outremer 1:100
Violet de cobalt 1:150
Violet outremer 1:150
Violet manganèse 1:150

Fin de l’extrait______________________________________________________________________________________________________________

 

Cela donne toujours quelques indications mais il faut comprendre que vous aurez à élaborer votre propre tableau en fonction des pigments que vous utilisez.

 

Voici un autre tableau que j’ai élaboré et qui vous aidera peut être:

 

Couleur Nom Absorption Concentration
Jaunes Py1, Py3 40  1/150
Jaune de Naple PY 41 10  1/50
Orange périnone PO 43 50  1/200
Rouge quinacridone PV 19 80  1/400
Cramoisi d’alizarine PR 83 80  1/400
Rouge permanent PR 112 50  1/200
 Rouge de naphtol PR 188  70  1/400
Rouge quinacridone PR 207/209 60 1/200
 Violet outremer PV 13 35 1/150
Violet dioxazine PV 23 50 1/200
Bleu de phtalocyanine PB 15 40 1/150
Bleu de Prusse PB 27 35 1/150
Bleu outremer PB 29 35 1/150
Bleu de céruléum PB 35 20 1/100
Vert phtalocyanine PG 7 35 1/150
Vert oxyde de chrome PG 17 15 1/100
Terre sienne naturelle, brulée Pbr 7 80 1/400
Ocre jaune PY 43 35 1/150
Rouge clair, indien, venise PR 102 20 1/100
Terre d’ombre brulée Pbr7 40 1/150
Noir d’ivoire Pbl 9 50 1/200
Blanc de zinc PW 4 20 1/100
Blanc de tintane PW 24 20 1/100
Carbonate de calcium, craie PW 18 variable variable
Blanc Lithopone PW 5 20 1/100

 

Astuce pour le séchage des pastels:

Faire sécher les pastels peut prendre des jours et des jours, d’autant plus si le temps es humide.

déshydrateurJ’utilise un déshydrateur culinaire pour accélérer le mouvement…. marque DomoClip, pas cher, modèle d’entrée de gamme avec un thermostat, il fait bien le job, les pastels sont secs en deux ou trois heures.